Récitation du Soutra de longévité

Samedi  : 10h30

Sur Zoom -> Renseignements et inscriptions 

Message et audio de DHAGPO  sur le Soutra de longévité 

Chers amis des KTTs et GDs reliés à Dhagpo, 

A l'occasion du stage du cursus Tchenrézi du mois de mai dernier, certains représentants des KTTs sont venu nous voir pour demander des précisions sur la manière d'intégrer la récitation de ce soutra dans la pratique de Tchenrézi au sein des KTT. 
Tout d'abord, je voudrais partager avec vous le texte qui se trouve sur la page de Dhagpo au sujet de ce soutra : 
https://www.dhagpo.org/fr/actualites/2259-soutra-du-grand-vehicule

"Lors de la dernière retraite du cycle Chenrezik, en février dernier, Jigmé Rinpoché a partagé quelques mots au sujet des prières de longue vie récitées pour Karmapa.
Il nous a invités à y associer le soutra dédié à la longévité ou Soutra du grand véhicule intitulé Noble Longévité et sagesse incommensurable.
Énoncé par le Bouddha lui-même, ce soutra est porteur d'une bénédiction et d’une efficacité particulières.
La récitation quotidienne de ce soutra sera bénéfique à tous : elle aura pour effet de dissiper de nombreux obstacles et d'accroître ainsi la longévité de Karmapa, la nôtre et celle des personnes à qui nous dédions cette pratique.
S’il vous est difficile d’intégrer la récitation entière du soutra dans votre pratique quotidienne, vous pouvez aussi ne réciter que le mantra qu’il contient."

Par ailleurs, il est important, pour que le bienfait de cette récitation puisse prendre son plein épanouissement, que cette pratique soit faite avec un esprit de réjouissance. Aussi, lors de la mise en place de cette pratique, il n'est pas utile de l'imposer, ou de se sentir obligé de la faire. 

En conclusion, nous pensons que c'est à chaque KTT de voir si et comment il souhaite et/ou peut implanter cette pratique en son sein. 

En vous souhaitant à chacun une excellent pratique de l'étude, de la réflexion et de la méditation ! :)

Jean-Guy

PS : Pour illustrer notre propos, on pourrait s'inspirer des mots de Karmapa qu'il a partagé en mai dernier, à l'occasion du  Vezak : 
"Le second point que je voudrais aborder brièvement est le sens de mission que nous donnons souvent à notre pratique du Dharma.

Je me suis toujours senti inspiré par le début du Bodhicharyavatara, où Shantideva dit qu'il ne compose pas cette œuvre pour le bienfait d'autrui, mais pour son propre bienfait. En disant cela, il ne sous-entend pas qu'il n'a pas de bodhichitta ; il ne fait pas non plus le modeste. Il est simplement pragmatique, terre à terre, il n'exagère pas les choses. Il fait simplement ce qu'il fait et il aime le faire. Il n'y a donc pas le sentiment d'un fardeau, d'une mission pour laquelle il composerait ce texte. Il ne le fait pas pour la gloire ou la célébrité, ou pour sauver le monde.

Quiconque a l'esprit clair comprendra que le monde continue à tourner et qu'il n'est pas nécessaire de se soucier outre mesure d'une mission personnelle ou collective, de sauver tous les êtres sensibles ou le monde. Ce ne sont que des moyens de nous motiver, et si nous les trouvons utiles et inspirants, alors nous pouvons bien sûr nous consacrer à la pratique du refuge ou de sojong (ou de toute autre pratique) de cette manière.

Mais je pense qu'il n'est pas nécessaire de brandir de grandes bannières, d'accrocher des posters gigantesques ou de proclamer du haut d’un toit via des haut-parleurs : « je consacre ma pratique à sauver tous les êtres sensibles, ou à sauver le monde ».

Pour moi, tout cela revient à créer une agitation supplémentaire. Si vous créez une telle agitation en clamant : « promis, juré, à partir de ce moment et jusqu'à mon dernier jour, je me consacrerai à sauver le monde », cela peut sembler libérateur dans l’instant. Mais en réalité, la force de cette agitation n'est pas vraiment en lien avec le monde. Elle n'aboutira à rien, si ce n'est à créer un stress, un fardeau et une anxiété inutiles pour vous-même.
À l’inverse, la joie que Shantideva éprouve pour ce qu'il fait est si simple et pertinente. Lorsque vous aimez ce que vous faites, tout devient facile ; même si vous devez sauver le monde, cela devient facile.

En chinois, le mot utilisé pour « joyeux » ou « heureux » est kaixin qui signifie littéralement « cœur ouvert ».

Et je pense que c'est le véritable objectif de la pratique des vœux : nous détacher et nous aider à ouvrir notre cœur.
Ainsi donc, chers amis du Dharma, c'est ce que je vous souhaite à tous en ce jour de Vesak : puissiez-vous avoir le temps d'utiliser la pratique du Dharma du Bouddha pour trouver la joie et ouvrir votre cœur. »

Lien pour télécharge un audio du soutra de longévité récité par les lamas tibétains de Montchardon : https://app.box.com/s/5yvomcyyyzfgei5e9t69ye54eq72375h

 

 

Intervenant(e): 

Samphel Lama

Samphel Lama  est Tibétain . Il est entré à l’âge de 6 ans au monastère de Rumtek, au Sikkim, où il fut ordonné moine par le 16ème  Gyalwa Karmapa. A l’âge requis, il a suivi au Shedra Sri Karma Nalanda Institute de Rumtek  la formation des Khenpos, toujours sous l'égide du 16ème Karmapa. Après avoir obtenu son diplôme, il est venu en France où il vit depuis, comme laïc .  Il participe à l’activité des maîtres et lamas de la tradition bouddhiste tibétaine  Karma Kagyu relevant de l’autorité spirituelle Trinley Thayé Dorgé , le  17éme Gyalwa Karmapa .Il crée des ponts entre l'Europe et l’Asie  notamment par le biais de pèlerinages et d’échanges  . Il  soutient l’activité  du  Centre Espace Bouddhiste Tibétain depuis sa création en 2007  et celle de l'association humanitaire Tibet Save and Care ,  dont il est le Vice-Président. Il vient d’achever une retraite traditionnelle fermée de 3 ans , 3 mois 3 jours au centre  de retraite de Montchardon ( Isère ) ,  et son souhait  aujourd’hui est de se consacrer à la pratique  de l’enseignement du Bouddha et de le  partager  avec tous ceux qui le souhaitent  .